Comment donner le goût de l’effort à nos enfants?

Alors il y a les articles un peu légers, comme ma routine de soin par exemple, et les articles de fond comme celui-ci!

Nous parents, sommes confrontés à un moment ou un autre à un défaut de persévérance de nos enfants non?

Voilà un cas concret pour vous illustrer le pourquoi de ma démarche: mon fils aime la guitare et souhaite apprendre. Pour apprendre, il faut s’entraîner et s’entraîner fréquemment (effort donc) et s’entraîner fait très mal au doigt (je confirme, j’apprends avec lui et c’est coton au début pour la pulpe des doigts jusqu’à ce qu’une couche de corne se forme), je me suis donc posée la question et fait des recherches sur la façon la plus bienveillante mais néanmoins efficace de lui donner le goût de l’effort, de passer outre cette douleur pour atteindre son objectif.

Mais d’abord qu’est-ce qu’un effort? Selon notre ami le Larousse, il s’agit d’une mobilisation volontaire de forces physiques, intellectuelles, morales en vue de résister ou pour vaincre une résistance, exemple: faire des efforts pour soulever un fardeau.

Cette aptitude à la mobilisation est, à mon avis, essentielle pour la construction de mes enfants et les portera tout au long de leur vie future, c’est donc important pour moi qu’ils l’acquièrent. Adultes, nous y sommes confrontés au quotidien (cf mon article sur la procrastination) :obtenir ce que l’on veut nous tombe rarement tout cuit dans le bec, ça nous demande de la volonté, de la persévérance et cela s’apprend (ouf heureusement!!).

Chaque enfant a un caractère différent, certain étant plus opiniâtre que d’autre bien sûr. Mais on peut s’accorder sur le fait qu’un enfant vit dans l’immédiateté, le « tout, tout de suite », et qu’il n’est pas forcement naturel pour eux de se faire violence pour obtenir quelque chose. Je le constate souvent à la maison.

Je vous donne aujourd’hui 5 petits tips que j’ai pu glaner au cours de mes recherches et expérimenter à la maison (je ne suis ni psychologue, ni pédiatre, il s’agit ici uniquement de mon avis de maman, j’utilise un ton humoristique dans mes articles, ceux qui me connaissent le savent donc tout n’est pas à prendre au premier degrés):

1- S’y prendre tôt et favoriser l’autonomie

Essayer de bien évaluer le degrés d’autonomie de son enfant et ne pas aller au devant des solutions qu’il peut trouver seul. Même si cela prend du temps (genre enfiler ses chaussures ou faire ses lacets avant de partir à l’école…Sainte Patience aidez-moi!)

2- Mettre en place des routines sur les actions indispensables à faire au quotidien

Comme se brosser les dents, faire son lit, participer aux taches courantes de la maison, mettre le couverts, débarrasser ses affaires… Certes cela demande des efforts mais ils seront intégrés presque machinaux. Et peut-être même qu’au bout d’un certain temps, nous n’aurons plus besoin de le répéter??

Certaines mamans sont des as de la répartition des taches, je vous mets ici le tableau à remplir de jesuisdebordée.com, simple mais efficace (Personnellement, j’attends que mes enfants soient un peu plus grands mais je garde l’idée).

tabeau_taches_menageres_01s.jpg

Et chez Un jour Un jeu, vous trouverez un semainier, appelé tableau des responsabilités, à imprimer (merci, c’est gratuit!) et à compléter.

3- Entretenir la curiosité pour valoriser les efforts spontanés

Yes, il faut découvrir de nouvelles choses, de nouvelles activités, la lecture, la cuisine, le sport, différents endroits, la montagne, la natation…Toutes ces choses agréables qui pourtant demandent de fournir des efforts, effort qui seront spontanés (banco) si l’enfant est curieux et libre (dans la limite du raisonnable) de développer cette curiosité.

4- Encourager les bons comportements et les récompenser, les aider à savourer le plaisir du travail effectué

Par exemple à la maison, une fois les devoirs terminés, les douches/bain pris et les chambres ( à peu près) rangées, les enfants peuvent regarder un petit dessin animé (OK, cela me dégage du temps de cerveau et de bras disponibles pour pouvoir préparer le dîner…chacun s’y retrouve, le parent est un peu calculateur non?), idem pour le chocolat chaud après la grande balade.

5- Les aider à surmonter les échecs 

Ce n’est pas grave de ne pas réussir quelque chose, ce qui compte c’est de comprendre pourquoi et de réessayer, de ne pas se décourager ou de faire de son mieux la prochaine fois.

Je suis cavalière depuis ma plus tendre enfance, j’ai appris avec des instructeurs parfois un peu brut-de-pomme qu’il était impossible et impensable de ne pas remonter en selle après une chute! Pour ne pas abandonner, ne rien lâcher et ne rien concéder à sa monture!

C’est l’idée, comme à vélo, comme pour un exercice mal compris, comme pour tout.. avec bienveillance et une bonne dose d’amour évidemment.

 

Voilà mes « trucs », si vous voulez partager les vôtres, j’en serai ravie (mes enfants je ne sais pas ;))

20190122_135040.jpg

Quelques articles et livres qui m’ont bien aidé:

  • Tout se joue avant 6 ans du Docteur Fitzhugh Dodson (un macaron « best-seller mondial de l’éducation » est collé dessus alors avec ça plus de doute!). Un livre qui nous aide à comprendre les étapes de développement de l’enfant pour pouvoir l’aider à bien grandir.
  • L’enfant qui dit non de Jerry Wyckoff et Barbara C.Unell qui comme son nom l’indique est une aide pour transmettre un minimum de discipline et d’éducation.
  • J’ai tout essayé d’Isabelle Filliozat, pour traverser sans dommage la période de 1 à 5 ans et faire face aux comportements parfois excessifs (ah bon pas chez vous?) de nos enfants.
  • Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent d’Adèle Faber et Elaine Mazlish. Ouvrage très connu des parents qui se posent des questions ou pratiquent une éducation dite bienveillante, basée sur l’écoute et la communication. Très intéressant car illustré avec des cas concrets sous forme de BD et proposant des exercices à faire à la maison (J’ai fait la formation ad hoc, je pourrai vous en parler si cela vous intéresse).
  • Pour finir, un bouquin sensationnel que j’ai lu avec délectation et attention… J’ai ris, j’ai revu exactement les situations vécues à la maison…Parents, si comme moi votre « éducation bienveillante » a tenu une semaine, lisez ce chef d’oeuvre d’Agnès Labbé, L’éducation approximative…des clefs pour la vraie vie!

 

 

Si vous pouvez me conseiller des bouquins pour aborder la période 8 ans et +, je suis preneuse!!Merci beaucoup!

A très bientôt pour un nouvel article!

P

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s